harcko chien d'une vie

Harcko chien d'une vie

Montres moi ton chien je te dirai qui tu es !!

La Propreté

 L’APPRENTISSAGE DE LA PROPRETE        

Docteur mon chien a 5 mois et n’est pas  encore propre !

Pourtant quand je rentre à la maison et qu’il y a une flaque je prends un journal

et pan ! je lui mets le nez dedans ! et il sait qu’il a mal fait; je le vois à son attitude,

il essaie de m’apitoyer mais cela ne marche pas avec moi !

pauvre chien ! Ne vous fâchez pas, il ne comprendrait pas.

Dans le cas ci-dessus, la punition est inutile, parce qu’elle doit suivre immédiatement

l’acte et y être directement reliée. Ici le chien ne comprends rien à la pucition ; il

associe seulement retour du maître et remontrances.

UNE CARTE DE VISITE

En fait, la plupart des chiens sont très vite entraînés à la propreté, avec ou sans l’aide

de leur maître. En effet, le chiot, après la phase de stimulation de la défécation et de la

miction par le léchage maternel, peut, dès la troisième semaine, contrôler relativement 

ses éliminations. Il élimine spontanément hors du nid , et sélectionne progressivement

des endroits assez éloignés de l’aire de repos et d’alimentation ensuite, par habitude,

il gardera les mêmes lieux d’élimination.

On peut ainsi, facilement, avoir des chiots de 2 ou 3 mois qui sont propres. L’élimination

des déchets du métabolisme sert, aussi de moyen de communication sociale (c’est

une sorte de carte de visite ! ).

Certaines substances contenues dans les selles et les urines sont délectables par

le chien et l’informent sur l’âge, le sexe, le moment… où elles ont été émises. Ce sont

des phéromones, hormones secrétées à l’extérieur du corps ; elles induisent sur un

comportement spécifique, par exemple le marquage urinaire. Les endroits où sont

déposées ces odeurs sont un stimulant à répondre à ces questions olfactives et à

éliminer !

LA TECHNIQUE DU PAPIER JOURNAL

 

Les propriétaires d’un jeune chiot croient en général qu’il faut lui apprendre à faire

ses besoins sur un papier journal, et s’il les fait ailleurs, ils lui fourrent le nez dans

des déjections. (ça vous plairais à vous si on vous le faisait ???).

Sachez que si cette technique est utilisée très tôt, le chiot pourra faire une fixation

sur le journal pendant la période de sociabilisation (entre 3 et 12 semaines), le chiot

développe un gradient de préférences pour l’ensemble de ses comportements, et

notamment pour les lieux et surfaces d’élimination.

Tout ce qui est appris durant cette période est imprégné dans le système nerveux et

n’en sortira que difficilement. Ainsi l’habitude d’éliminer sur un journal peut entraîner

le comportement suivant : le chien a des activités diverses, on le promène pendant

des heures, et le maître constante qu’il ne fait rien à l’extérieur mais se retient de

manière à se soulager sur des papiers. Il s’agit d’un conditionnement qu’il faudra

corriger par exemple en glissant les jounaux progressivement vers la porte de sortie

et, ensuite, à l’extérieur en les supprimant petit à petit tout en encourageant le chien

à éliminer sur le sol ou sur des grilles d’égoût dans le caniveau (pas sur les trottoirs

ni dans le jardin des voisins !).

A l’inverse, le chiot qui, au chenil, est habitué à vivre sur un tapis et à éliminer en 

dehors de cette aire, ne souillera que rarement votre moquette ! C’est une forme

d’empreinte positive. Les éleveurs ont un rôle important à jouer dans l’apprentissage 

de la propreté. Encore un mot à propos de la technique du papier journal, certains

chiens ne feront pas la fixation sur les papiers, mais néanmoins urineront à

l’extérieur, sur les carrelage et sur les lieux qui avoisinaient les journaux maintenant

disparus. En fait c’est à cause des phéromones qui ont diffusé et filtré dans le sol

et les murs, rappelant ainsi constamment au chien qu’il convient d’éliminer à ces

endroits. Le chien est un animal d’habitude et il apprécie d’éliminer toujours aux

même lieux. nettoyer les endroits imprégnés ne suffit pas : il faut les désodoriser

(vinaigre blanc, déodorant) si on désire que le chien n’y revienne plus.

Pour les personnes forcées d’utiliser cette technique (appartements), il convient de

placer les journaux sur une feuille de plastique pour limiter l’imprégnation des sols.

LES PUNITIONS

Frapper son chien quand il souille revient à renforcer négativement ce comportement

les punitions détériorent la relation d’amitié et de confiance entre l’animal et ses

propriétaires. Plusieurs problèmes peuvent y faire suite.

1°) Le chien est relativement soumis :

 

Par le système des punitions, il le deviendra encore davantage, se mettant sur le dos

ventre en l’air et … urinant de soumission ! La situation s’est donc aggravée par de

nouvelles souillures que signifient en langage « chien » je suis plus faible, ne me touche

pas… Ce qui entraîne des punitions supplémentaires ! nous entrons ainsi dans un

cercle vicieux. Dans ce cas, il faut augmenter la confiance du chien en évitant toute

situation où le maître montre un excès de dominance, et il faudrait l’accueillir en

position accroupie, en le caressant sur le thorac, et non pas sur la tête, tout en lui

parlant d’une voix douce…

2°) Le chien est dominant :

 

Par la punition il apprendra parfois à devenir propre mais surtout il développera son

agressivité. Plus tard, étant devenu chef à la maison, il pourra avoir tendance à marquer

 son « territoire » à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de la maison (chez vous, chez vos

amis ou chez le vétérinaire !). Il s’agit d’un comportement spécifique de dominance

« territoriale » qui renforce l’agressivité de l’animal si on le laisse faire à sa guise.

Dans ce cas, il faudra que le propriétaire reprenne son autorité (obéissance de base).

3°) le chien a un énorme besoin d’affection :

 

Les caresses ne lui suffisent pas et, il remarque que chaque fois qu’il souille un tapis,

il devient le pôle d’attention de ses maîtres. Ceux-ci le punissent peut-être mais surtout

s’intéressent activement à lui. Ils rentent ainsi dans le jeu du chien « pseudo-masochiste »

qui préfère une punition au manque d’attention.

4°) le chien est très équilibré

Dans ce cas, la punition est superflue car le chien sera spontanément propre.

COMMENT LE RENDRE PROPRE

 

Eh bien, tout simplement en encourageant ses tendances innés à la propreté, et en

le sortant toujours au même endroit, toujours par le même pasage (porte, couloir)

et le plus souvent possible : après le repas, le repos, le jeu, la boisson etc… en

l’encourageant d’une voix douce et, de temps en temps, par un biscuit quant il s’est

exécuté.

N’oubliez pas que la punition fait très peu pour accélérer tout apprentissage, et en

particulier celui de la propreté, sauf quand elle est administrée sur le fait, et, si

possible de manière indirecte, et quand elle est suivie du comportement adéquat.

Si vous tenez à cette méthode, élevez la voix lorsque le chiot se met en position (« non »),

pour le faire sursauter, ou jeter près de lui quelque chose de bruyant (trousseau de clés,

revue…) et menez-le (ou mieux portez-le) tout de suite à l’endroit prévu pour les

éliminations ; et quand il s’exécute dehors, récompensez-le.

Quand la punition non appropriée semble éfficace, c’est probablement parce qu’elle

crée un état d’anxiété conditionnée liée au fait de souillée la maison.

CONSEILS SUPPLEMENTAIRES

 

Régularisez l’heure des repas, ce qui régularise l’intestin et vous permet d’anticiper

les moments de défécation.

Sortez votre chiot après chaque repas jusqu’à ce qu’il ait fait ses besoins

Utilisez le même horaire en semaine et pendant le week-end. Comment voulez-vous

régulariser un système aussi délicat que celui qui règle la bessie et l’intestin en

changeant continuellement les horaires nutritionnels ?

4 Supprimez les petits « en-cas » en dehors des repas

Si vous vous absentez pendant quelques heures, supprimez le dernier repas et la

boisson.

6 Pendant la nuit, ou pendant vos absences mettez votre chien dans un lieu où il ne

peut rien détruire en l’ayant sorti auparavant (jusqu’à ce qu’il ait éliminé, bien sûr) ;

au début ne l’enfermez pas plus de trois heures consécutives.

Quand il y a eu un petit accident en dehors de votre surveillance, il vaut mieux, laver

en l’absence du chien, imprégner l’endroit d’une autre odeur (vinaigre, déodorant).

ne réagissez pas de façon trop émotionnelle, ne le punissez pas et n’y attachez surtout

pas trop d’importance.

En respectant ces quelques conseils, dès l’âge de 3 mois, votre chien devrait être

propre.

 

 

Aller à la barre d’outils