harcko chien d'une vie

Harcko chien d'une vie

Montres moi ton chien je te dirai qui tu es !!

Le chien Sale

Tout comme le chiot le chien devenu adulte, évite de souiller son territoire personnel. Voyez le chien

qui passe sa vie attaché à une chaîne et qui se porte au bout de celle-ci pour faire ses besoins,

le plus loin possible de sa niche.

Il faut donner à l’adulte des habitudes journalières, repsecter une régularité entre l’horaire des repas

et celui des sorties afin de synchronier l’excrétion naturelle. Les repas donnés, sont suivis quelques minutes

après par la promenade hygiènique, alors qu’on procède trop souvent dans l’ordre contraire.

En ce qui concerne la miction, vous ne pouvez pas empêcher un mâle de marquer son territoire

(on laisse déjà si peu de latitude aux instincts pour s’exprimer dans les villes !). donc à vous de choisir

les bonnes frontières qu’il veut impregné de sa signature en le promenant en laisse, de l’une à l’autre.

Il ne faut pas oublier que certaines femelles pratiquent éfalement le marquage territorial et sont capables

d’exercer un contrôle nerveux de la miction, comme les mâles, afin d’estampiller leur parcours.

Pour ce qui est des gros besoins, vous avez votre mot à dire car cela ne va pas à l’encontre de la psychologie

des canidés laquelle veut que les crottes se fassent dans des coins, à l’abri des regards, avec même

chez certains, le recouvrement de celles-ci en grattant la terre avec les pattes arrière.

Ce comportement est sans doute lié à la survie de l’espèce, car dans la posture où ils sont, à ce moment

là ils se trouvent en position d’infériorité si un prédateur survient. (la science du comportement humain, nous

apprend que chez les hommes la pudeur en pareille occasion, aurait la même origine).

Revenons au chien : il faut recouvrir, si on est en territoire inconnu, afin de ne pas signaler son passage.

DES TROUBLES D’ORDRE RELATIONNEL

Ouvrons une parenthèse pour évoquer les chiens qui font leurs besoins dans la maison, quelquefois sur

le lit du maître, cela sans raison apparente alors que jusque-là ils étaient très propres. Ces comportements

aberrants sont liés à des troubles d’odre relationnel survenus dans le milieu ; les chiens réagissent ainsi

lorsqu’ils se trouvent brusquement confrontés à des situations inhabituelles : le maître qui s’absente

longuement, l’arrivée d’un bébé ou d’un autre animal dans la famille n des altercations entre époux etc…

Ces déviations donneront lieux à des thérapies essentiellement basées sur le comportement , après

une analyse précise de l’origine des troubles.

Le chien qui urine partout et le chien qui mange ses excréments se ressemblent. Ce sont des animaux

totalement perturbés, qui n’ont pas réussi à trouver leur identité. Ils réagissent de cette façon, par peur

morbide d’un maître trop brutal avec lequel ils n’ont pas pu tisser de liens. Mais ce peut être également

le signe qu’ils veulent jouer le rôle de chef de meute si l’autorité fait défaut dans la famille.

Supposons maintenant que le mal soit déjà fait, que le chien présenté à la consultation, est déjà pris

ce mauvais pli. Le rôle du vétérinaire est alors d’examiner les causes du problème et d’essayer avec

le maître d’en tirer des leçons. Y parviendra-t-il ? Et quels sont les remèdes ? Souvent draconiens, car

il faut tout reprendre à zéro : changer l’environnement, changer le rytme de vie pour couper le cercle vicieux

Ce qui suppose des trésors d’humilité et de Volonté de la part du propriétaire ; pourtant souvent c’est en vain

Et ce ne sont pas les antidiurétiques et autres tranquillisants qui réussiront là où l’éducation a échoué.

ANXIETE ET SENTIMENT D’INSECURITE

Quand au chien que l’on promène et qui attend de rentrer à la maison pour faire son pipi au beau milieu

de la moquette, l’explication est la même : l’anxiété et le sentiment d’insécurité perçus par l’animal à

l’extérieur de son domaine sont tels qu’il n’arrive pas à relâcher ses sphincters et à se mettre en position

d’uriner, position qui est d’ailleurs une attitude de faiblesse et de moindre vigilance chez tous les animaux.

Je crois que les châtiments corporels, et le fait de mettre le nez du chien dans son pipi sont totalement

inutiles et même contre-indiqués. Plus on punira le chien, plus il associera, par reflexe et pour éviter la

colère du maître qu’il redoute, le désir de faire disparaître l’objet du délit. Plus on le gronde et plus

vite il va manger cette crotte qui le désigne comme coupable. L’effet obtenu est à l’opposé de ce que

nous souhaitions.

Il faut au contraire faire preuve d’un grande douceur si l’on veut éviter que ce réflexe ne s’installe de façon

définitive. Il faut modifier complètement l’environnement et les habitudes de notre chien. C’est donc

notre propre façon de vivre qui est remise en question, et c’est là que le bât blesse.

Bref, les mauvaises habitudes peuvent empoisonner toute la vie de l’animal et celle de ses maîtres.

On ne répétera jamais assez l’importance d’agir avec bon sens, sagesse et amour.T

Aller à la barre d’outils